top of page
  • NadĂšge Thieffry

PROTECTION DES GORILLES 🩍

La Fondation Aspinall


La Fondation Aspinall travaille avec les gouvernements du Congo-Brazzaville et de l'État voisin du Gabon depuis 1987 pour protĂ©ger une zone d'un million d'acres au sein de l'Ă©cosystĂšme de savane unique du plateau BatĂ©kĂ©.

Ces projets, "Projet Protection des Gorilles", (PPG) travaillent avec des partenaires locaux pour arrĂȘter le dĂ©clin rapide des gorilles des plaines occidentales en danger critique d'extinction (dont le nombre a diminuĂ© de 60% au cours des 20-25 derniĂšres annĂ©es).

Grùce à leur travail actif de conservation dans cette région, ils ont réintroduit dans la nature plus de 70 gorilles des plaines occidentales en danger critique d'extinction qui continuent de prospérer dans leur sanctuaire et se reproduisent avec succÚs depuis lors.



1. PROTÉGER LE TERRITOIRE


La Fondation Aspinall s'emploie à protéger environ un million d'acres au sein de l'écosystÚme de savane unique du plateau Batéké.


2. PROGRAMME DE CRIME CONTRE LA FAUNE SAUVAGE


Au Congo et au Gabon, ils ont arrĂȘtĂ© des centaines de braconniers, en fait, au Gabon, ils ont Ă©tĂ© les premiers Ă  procĂ©der Ă  une arrestation. Le projet collaboratif congolais « PALF» vise Ă  rĂ©duire le niveau global de la chasse illĂ©gale et du commerce d'animaux et/ou de leurs sous-produits en RĂ©publique du Congo. À ce jour, il a connu un succĂšs significatif, aprĂšs plus de 300 cas d'espĂšces sauvages, y compris des saisies d'animaux vivants, de peaux, d'ivoire et d'autres produits d'origine animale.




3. GARDES DU PARC


Ils soutiennent les gardes du parc qui travaillent pour protĂ©ger ce hotspot de biodiversitĂ©, oĂč des espĂšces telles que l'Ă©lĂ©phant de forĂȘt, le serval, le singe de Brazza, le potamochĂšre rouge, l'hippopotame et le buffle de forĂȘt se rĂ©tablissent grĂące Ă  cette protection. Le succĂšs de leurs activitĂ©s de lutte contre le braconnage a Ă©tĂ© largement saluĂ© par les gouvernements nationaux et les ONG.





4. RECHERCHE UNIVERSITAIRE


Ils travaillent dans le cadre des stratégies de conservation mondiales de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et du projet de survie des grands singes (GRASP) ainsi qu'aux cÎtés de groupes de spécialistes de la réintroduction d'espÚces spécifiques. Ils publient des rapports académiques dans des publications internationales et ont figuré dans des revues telles que le National Geographic et des journaux nationaux tels que The Daily Telegraph et The Independent.


5. PROGRAMME CHIEN RENIFLEUR


PALF a fondĂ© le programme de chiens renifleurs en 2014, le premier du genre dans la sous-rĂ©gion. En sensibilisant et en poursuivant les contrevenants, le projet, qui opĂšre dĂ©sormais sĂ©parĂ©ment de PALF en tant que RPC Congo et soutenu par la Fondation Aspinall, vise Ă  rĂ©duire le niveau global de chasse et de commerce illĂ©gaux en RĂ©publique du Congo. À ce jour, il a cĂ©lĂ©brĂ© des succĂšs importants, notamment des saisies d'animaux vivants, de peaux d'animaux, d'ivoire et d'autres produits d'origine animale.


Jalons clés


1. Depuis 1989, les TAF ont relùché plus de 70 gorilles des plaines occidentales sauvés comme orphelins in situ et plus tard du Royaume-Uni

2. Ils ont eu plus de 35 naissances de gorilles relùchés à ce jour. Ces

naissances ont toutes été des gorilles nés à l'état sauvage.

3. Depuis 1999, ils ont transféré 30 gorilles des plaines occidentales d'Europe vers le Gabon ou le Congo (28 de Howletts & Port Lympne, 2 de France)


4. En 2021, le tout premier bébé né dans la nature de parents nés en captivité. Mayombe (né au Zoo de Beauval, France) et Djongo (né à la réserve de Port Lympne). est né dans notre projet au Gabon.




Faire avancer notre projet de protection des gorilles au Congo et au Gabon

Publié par La Fondation Aspinall le 29-Jul-2019 15:22:05


Il y a plus de vingt ans, lorsque la Fondation Aspinall a dĂ©veloppĂ© pour la premiĂšre fois le projet de protection des gorilles, initialement au Congo puis Ă©tendu au Gabon, les premiers gorilles Ă  ĂȘtre relĂąchĂ©s provenaient d'orphelinats et de sanctuaires de la rĂ©gion. Au fil du temps, le nombre de gorilles disponibles pour la rĂ©introduction a diminuĂ© et pour cette raison, et pour encourager la diversitĂ© gĂ©nĂ©tique, les gorilles Ă©levĂ©s au Royaume-Uni dans les parcs d'animaux sauvages de Howletts et de Port Lympne ont Ă©galement Ă©tĂ© rapatriĂ©s.

Aujourd'hui, dans une nouvelle phase de ce projet rĂ©ussi visant Ă  ramener les gorilles des plaines occidentales dans des rĂ©gions oĂč ils avaient Ă©tĂ© Ă©radiquĂ©s par l'interaction humaine, la Fondation Aspinall a conclu un accord avant-gardiste avec l'EAZA (Association europĂ©enne des zoos et aquariums). L'EAZA gĂšre un certain nombre de programmes de gestion appelĂ©s EEP (programmes Ex Situ) dont leur EEP pour les gorilles des plaines occidentales est l'un des plus anciens. Le programme permet Ă  l'EAZA de travailler avec nous pour identifier les gorilles en soins humains dans les zoos et les parcs animaliers approuvĂ©s par l'EAZA qui pourraient ĂȘtre transfĂ©rĂ©s vers notre projet de protection des gorilles. Cela a conduit Ă  une collaboration entre la Fondation Aspinall et Beauval Nature pour rapatrier deux jeunes femelles dans notre site protĂ©gĂ© au sein du Parc National des Plateaux BatĂ©kĂ©, au Gabon.

Les deux gorilles sont actuellement sur l'ßle d'habituation pour une période d'adaptation à leur nouvelle vie. Ils sont surveillés de prÚs; à la fois par observation directe sur une base quotidienne et également via des images de piÚges photographiques. De la nourriture supplémentaire est laissée sur plusieurs sites autour de l'ßle pour s'assurer qu'ils sont en mesure de trouver des approvisionnements adéquats jusqu'à ce qu'ils soient sûrs de trouver suffisamment de nourriture sauvage pour leurs besoins.

Il serait difficile d'exagérer à quel point leur vie a changé, et il est donc naturel qu'en ces premiers jours les deux jeunes gorilles aient besoin de temps pour s'adapter à leur nouvelle situation. Les premiers rapports de notre équipe expérimentée au Gabon confirment qu'ils ont exploré une grande partie de l'ßle et qu'ils visitent réguliÚrement certaines des stations d'alimentation. Cependant, ils ne sont pas encore complÚtement installés et ont encore besoin de temps pour s'adapter à leur nouvel environnement. Cela ne fait qu'un mois qu'ils sont arrivés et il leur faudra du temps pour s'adapter. Dans quelques semaines, un garçon de 12 ans de Howletts devrait les rejoindre et, espérons-le, une nouvelle unité familiale commencera.



Fondation a construit le premier orphelinat de gorilles

En 1989, nous avons construit le tout premier orphelinat de gorilles au Congo-Brazzaville, et depuis lors, nous avons sauvé plus de 100 gorilles rendus orphelins par le commerce de la viande de brousse et le braconnage. Nous avons réintroduit plus de 70 gorilles dans la nature, dont 26 qui ont voyagé depuis nos parcs dans le Kent. Beaucoup ont formé de nouveaux groupes familiaux et produisent de jeunes membres de la famille.

Kent au Congo et au Gabon

En 1999, nous avons transféré nos deux premiers gorilles nés dans le Kent vers notre projet au Gabon dans un geste révolutionnaire. Ils ont depuis été suivis par tout un groupe familial de Port Lympne qui a également été relùché au Gabon, un groupe de 4 gorilles célibataires de Port Lympne au Congo, 2 gorilles femelles de Beauval au Gabon et plus récemment, le gorille célibataire Joshi qui a fait le voyage de Howletts au Congo en 2021.

Protection & Gestion de la RĂ©serve de LĂ©sio-Louna


Protéger les gorillesFaites un don aujourd'hui

ModĂšle.CTA.LinkName


PRÉSERVER LA FAUNE ET LES RESSOURCES NATURELLES

Collaborer avec les communautés locales de la Réserve de Lésio-Louna

La Fondation Aspinall a Ă©tabli et gĂ©rĂ© un programme de protection des gorilles dans la rĂ©serve de LĂ©sio-Louna depuis la crĂ©ation de l'aire protĂ©gĂ©e en 1999. GrĂące Ă  ce programme, nous sommes non seulement en mesure de soutenir une population viable de gorilles des plaines de l'ouest en danger critique d'extinction suite au succĂšs de notre programme de rĂ©introduction, mais nous Ɠuvrons Ă©galement pour protĂ©ger et renforcer la biodiversitĂ© de la rĂ©serve.

Classée en catégorie IV par l'UICN, Lésio-Louna a la capacité de supporter une faune riche et diversifiée mais elle est également exposée aux pressions des activités humaines. Ces pressions découlent de l'utilisation non durable des ressources naturelles par les communautés locales et des dommages causés par le braconnage et les activités illégales avec la réserve.

Depuis plus de dix ans, la Fondation Aspinall travaille avec les populations locales pour soutenir leur évolution vers des techniques agricoles plus durables et développer des sources de revenus alternatives, y compris le développement de l'écotourisme.

Avec le soutien du BIOPAMA en novembre 2020, nous avons lancé un projet de douze mois pour améliorer encore la protection et la gestion de la réserve


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page