• Nadège Thieffry

L'OKAPI en danger






UN ANIMAL DES PLUS CURIEUX, UN SYMBOLE CULTUREL, UNE ESPÈCE EN DANGER


L'okapi — Okapia johnstoni ; la « girafe de la forêt » ; l'un des plus anciens mammifères de la Terre - n'est connu des scientifiques que depuis le début du XXe siècle, bien qu'il soit bien connu et fasse partie de la culture des peuples autochtones qui vivent dans toute l'aire de répartition de l'animal. Timide et insaisissable car serein et doux, avec des défenses naturelles remarquables contre la prédation (dont, notamment, ses marques extraordinaires), l'okapi est presque impossible à observer à l'état sauvage. En République démocratique du Congo, où il est endémique, il est un symbole national et culturel et est protégé au niveau national depuis 1933.


L'existence de l'okapi est gravement menacée par l'impact des activités humaines. L'okapi dépend entièrement d'une forêt intacte pour sa survie, et la déforestation, ainsi que le braconnage et l'exploitation minière, ont conduit à son déclin précipité et périlleux. Un atelier sur la stratégie de conservation de l'Okapi (2013) a révélé que la population avait chuté de plus de 50 % en seulement trois générations (environ 15 ans). Sur la base des conclusions de l'atelier, l'okapi a été officiellement classé "En danger" par la Liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en forte hausse par rapport à sa classification originale sur la Liste rouge de "Quasi menacé".

Okapi Conservation Project travaille avec l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et les communautés de la réserve de faune à okapis - une bande de 13 700 km2 de la forêt de l'Ituri dans le nord-est de la RDC - pour assurer la protection de l'okapi et de bien d'autres espèces qui habitent cette forêt tropicale. La clé de cela est les initiatives de conservation qui profitent aux moyens de subsistance et à l'environnement des personnes qui vivent dans et autour de la forêt.

Beauval Nature soutient l’Okapi Conservation Project qui a pour objectifs : la gestion de la population d'okapis, l’augmentation des patrouilles d'éco-gardes, le développement des équipements pour le suivi des okapis, ainsi que le lancement d'un programme de reforestation avec le soutien des communautés locales. Un autre objectif tout aussi important est l'éducation , voici en détail les programmes.




PROGRAMMES :


PROTECTION DE LA FAUNE


L'empiètement des établissements humains, la chasse, l'exploitation forestière et minière illégales, ainsi que les activités illicites des groupes armés constituent de sérieuses menaces pour les forêts de la réserve de faune à okapis. L'instabilité économique et civile générale de la République démocratique du Congo après des années de conflit intérieur entrave également la capacité du gouvernement à faire face à bon nombre de ces menaces.

L'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) est l'organisme gouvernemental chargé de protéger la faune et la flore du pays. Les écogardes du CCN partagent un large éventail de responsabilités en matière de protection et d'application de la loi - collecte de pièges, expulsion de mineurs, poursuite et détention de braconniers, surveillance de l'agriculture,l'expansion commerciale et l'engagement des communautés dans la sensibilisation et l'éducation à la conservation.

Les écogardes de l'ICCN marchent jusqu'à 20 jours par mois pour patrouiller dans la forêt et risquer leur vie tout en passant du temps loin de leur famille et de leur foyer dans les conditions difficiles de la forêt tropicale. Les écogardes sont recrutés dans la région et fournissent des emplois aux communautés proches de la réserve, y compris les femmes et les indigènes Mbuti. Les recrues de l'ICCN participent à trois mois de formation rigoureuse avant de devenir écogarde.

Okapi Conservation Project soutient les écogardes de l'ICCN afin d'assurer la disponibilité des ressources pour une réponse rapide aux menaces à l'intégrité de la réserve de faune à okapis. Les soins de santé et le logement du personnel de l'ICCN et de leurs familles, ainsi que l'équipement, les fournitures, les installations et les infrastructures sont pris en charge par l'OCP et ses partenaires. L'éducation et la formation spécialisées non seulement dans la gestion de la faune, mais aussi dans les communications, la technologie et la langue sont des éléments essentiels de la formation des écogardes qui sont également pris en charge par l'OCP. La présence efficace de conservation assurée par une force d'écogarde bien équipée et disciplinée de l'ICCN dépend de l'assistance d'un solide réseau de partenaires collaboratifs.




AGROFORESTERIE


Une population humaine régionale en croissance rapide augmente la pression sur des ressources forestières déjà limitées. L'agriculture de subsistance destructrice ("slash and burn") pratiquée en dehors des zones agricoles délimitées dans et autour de la réserve est la menace numéro un à la perte de la forêt tropicale et de l'habitat de l'okapi.

Grâce à son programme d'agroforesterie, OCP promeut des pratiques agricoles durables tout en réduisant la dépendance aux ressources forestières, en réduisant les impacts négatifs sur l'écosystème complexe et délicat de la forêt d'Ituri. En introduisant des méthodes et des techniques agricoles améliorées, le programme augmente la sécurité alimentaire des familles tout en réduisant ou en éliminant la nécessité d'empiéter davantage sur la forêt. Qui plus est, le succès du programme est essentiel pour faire des incursions dans des zones de la réserve qui n'étaient pas réceptives auparavant à des efforts de conservation plus larges.


Aider les communautés à améliorer leur sécurité alimentaire réduit la nécessité pour les jeunes de s'impliquer dans des activités illégales telles que l'exploitation minière, le braconnage et l'exploitation forestière pour aider à subvenir aux besoins de leurs familles.

OCP soutient cinq pépinières dans et autour de la réserve dans les villages d'Epulu, Mambasa, Niania, Biakato et Wamba. Ces pépinières fournissent aux agriculteurs des arbres indigènes fixateurs d'azote et producteurs de fruits et de noix afin de promouvoir une agriculture durable. Ils produisent également des arbres de reboisement qui sont donnés aux élèves pour qu'ils les plantent autour de leurs écoles, une pratique utile et pédagogique pour enseigner la conservation des forêts aux écoliers. Toutes nos pépinières emploient des personnes locales pour collecter manuellement les graines et préparer chaque semis pour la distribution. Avec l'ajout de la nouvelle pépinière à Wamba, dirigée par notre première femme agronome, Thérèse Bangbeto, OCP contribue désormais à améliorer la sécurité alimentaire dans les communautés de la partie nord de la Réserve. Depuis lors, nous avons produit et distribué plus de 70 000 arbres chaque année.


En République démocratique du Congo, la Journée de l'arbre est célébrée à la fin de chaque année, coïncidant avec les dernières pluies de l'année, pour fournir un arrosage suffisant aux jeunes arbres. Des célébrations sont organisées à Epulu chaque année pour impliquer les étudiants dans des projets de reboisement dans la région. En reboisant les zones autour de leurs écoles et d'autres terrains abandonnés, les arbres fournissent de l'ombre lors des journées chaudes. Les arbres fournissent également des corridors d'habitat et des sources de nourriture pour la faune indigène. Plus important encore, impliquer les étudiants dans des projets de reboisement leur apprend l'importance des efforts de conservation et ce qu'ils peuvent faire pour aider.

AIDE COMMUNAUTAIRE


La République démocratique du Congo est un pays très pauvre, en proie ces dernières années à la guerre civile et aux troubles, rendant le gouvernement souvent incapable de fournir même les services de base à sa population, sans parler des communautés rurales de la forêt de l'Ituri. Pourtant, l'investissement et le soutien de ces communautés sont essentiels aux efforts d'OCP pour protéger l'okapi dans la nature. La sécurité et le bien-être des communautés locales sont essentiels pour soutenir les efforts des écogardes de l'ICCN pour contrôler les activités préjudiciables aux forêts de la Réserve de faune à okapis (ROO).


Okapi Conservation Project travaille avec des partisans et des partenaires pour fournir une assistance communautaire à grande échelle - construire et approvisionner des écoles et des cliniques de santé, assurer la sécurité alimentaire, établir des initiatives d'autonomisation des femmes, développer des sources d'eau douce et fournir des soins médicaux aux écogardes de l'ICCN, au personnel de l'OCP et à la communauté. membres. L'éducation à la conservation éclaire les communautés sur l'importance de protéger l'environnement et d'être des intendants actifs de leur patrimoine naturel. Même les événements sportifs, à savoir le football/soccer, sont souvent utilisés pour engager les communautés, favoriser la coopération et diffuser des messages critiques sur la protection de l'écosystème forestier.

Depuis 2006, OCP a organisé des groupes de femmes autour de l'OWR pour offrir des opportunités de générer des revenus supplémentaires et durables pour les femmes et leurs familles. Ces groupes offrent également à OCP la possibilité de démontrer les avantages de la conservation des ressources naturelles aux membres influents de la communauté. OCP fournit aux femmes des ressources, notamment un soutien administratif, des machines et du matériel de couture, ainsi que des semences de haricots et de légumes pour les jardins communautaires d'Epulu, Mambasa, Niania, Wamba et Mungbere. Le personnel d'OCP aide à lancer et à gérer les programmes qui améliorent la sécurité alimentaire, protègent les ressources en eau de la pollution et de la surexploitation, et offrent des opportunités économiques pour générer des revenus pour couvrir les frais de santé et les frais de scolarité de leurs enfants, et plus encore.


La Journée mondiale de l'Okapi offre une plate-forme permettant aux femmes de parler de questions importantes pour elles et de la nécessité d'utiliser les ressources naturelles de manière durable lors d'événements sportifs et de cérémonies qui se déroulent tout au long de la journée. Le 8 mars, les villages autour de la réserve ont célébré la Journée internationale de la femme.

L'OCP fournit aux communautés et à l'OWR un soutien en matière de soins de santé grâce à la création du Dispensaire à okapis. Le dispensaire agit comme un centre de traitement pour la population locale et le personnel de l'OWR et leurs familles qui représentent près de la moitié de la population d'Epulu.

Les émissions de radio sont la méthode préférée de partage d'informations dans la région et le moyen le plus productif de se connecter avec de nombreuses personnes sur une vaste zone non sécurisée. Des programmes éducatifs sont diffusés sur 5 stations locales couvrant des sujets tels que les gardes forestiers de l'ICCN, le changement climatique, la participation des étudiants à la conservation, la protection des forêts et la réserve de faune à okapis.

Les écoles reçoivent du matériel pédagogique, des affiches qui identifient la faune locale aux programmes ciblés qui mettent en valeur la valeur des forêts intactes, des okapis et de la biodiversité. Les étudiants de la région sont tous exposés à l'okapi et à ses besoins de conservation, dans le but de créer des multiplicateurs de messages vocaux de conservation, issus des communautés qui interagissent le plus avec la forêt.


Vous pouvez effectuer un don directement en suivant le lien de la photo




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout